ast توقيت

Ast توقيت

اهداف مباراة المريخ وريفرز يونايتد 4-0 دورى ابطال افريقيا [18-03-2017] Al Merrikh 4-0 Rivers United ast توقيت.

فيديو ast توقيت



Note 2 : liste des Recteurs de Cast avant le Concordat : - 1512 : Geoffroy Le Gentil. - 1532-1538 : Nicolas de Tyvarlen, recteur ; nomm� coadjuteur de Fran�ois Le Vigouroux, chanoine de Quimper, avec future succession au canonicat. Nicolas de Tyvarlen �tait �galement recteur de Plogonnec (D�al). - 1580 : Yan Nyvou, recteur, assiste au synode (C. 95). - 1631 : Alain Glaier, assiste au synode. - 1648-1667 : Guillaume Le Glinec. - 1668 : Jacques Mahieu, recteur et chanoine de Quimper. - 1669-1695 : Pierre Jule, fonda en 1677 une messe chant�e, tous les premiers lundis du mois, dans la chapelle de N.-D. de Quillidoar�. - 1700 : Pierre Landren (B. 176). - 1714-1720 : Yves de Kerjean. - 1729 : Fran�ois Laudren. - 1745-1750 : G. Henry. - 1757-1760 : J. Gobin. - 1764-1773 : J. Rospartz, auteur breton : Instructionou christen pe ar boquet eus ar mission ; une �dition de ce livre a �t� imprim�e � Quimper, chez Derrien, en 1797. - 1774-1790 : G. Le Baut ou Le Bot. Pr�tres de Cast, avant le Concordat : - 1648-1655. Jacques Guillerm. - 1648 : Martin H�rou, parrain. - 1648-1655 : Henry Le Queff�lec. - 1648-1658 : Gr�goire Blais. - 1649-1653 : Louis Gourmelen. devient recteur de Loctudy. - 1648-1660 : Tanguy Le Louarn. - 1648-1662 : J. Le Goff, cur�. - 1656 : Alain Le F�rec, parrain. - 1657-1672 : Ren� Cariou, cur�. - 1658 : Gilles Piriou. - 1658-1669 : Jan Hamon. - 1660 : Jacques Henry. - 1664-1678 : Yves Penanec'h, parrain. - 1660-1676 : Thomas J�z�quel. - 1661 : Fran�ois Cariou. - 1662-1681 : Herv� Peillet. - 1662 : Pierre Bauguion, parrain. - 1662-1693 : Mauguen. - 1662-1672 : J. Hiera�r. - 1669 : C. Gourv�zen. - 1672 : Hascouet, fils. - 1664-1683 : G. Cuzon, pr�tre, d�c�d� le 4 Avril 1683, au village de Kerbola, inhum� en l'�glise de Saint-J�r�me, �g� de 50 ans. - 1676 : A. Scoarnec. - 1676 : Gabriel Scoarnec. - 1681 : Barth�lemy Cosqu�ric. - 1688 : Mathieu Brent. - 1688 : L. Billiard. - 1689 : Guillaume Roy, cur�. - 1726 : Ren� Le Mat. - 1736-1739 : Jean-Baptiste Le Treut. - 1740-1746 : Jacques Riou. - 1749-1755 : L. Bouy. - 1760 : J. Le Doar�. - 1762-1768 : J. Le d'Herv�. - 1774-1776 : Yves Floc'h. Liste non exh

A bientôt à l’AST Roissy !

Selon la société, l'activité Maisons Individuelles, dont les effectifs commerciaux ont été complétés et formés au cours du 1er trimestre, ainsi que la division Promotion et Lotissements, devraient enregistrer une accélération de leurs ventes dès le 2ème trimestre.



مزيد من المعلومات حول ast توقيت

Cast vient du mot latin � castra � (lieu fortifi�).

La paroisse de Cast provient d’un d�membrement de la paroisse de Plon�vez-Porzay, elle m�me "paroisse nouvelle" cr��e au d�triment de celle de Plo�ven. Cette paroisse de Cast est mentionn�e sous ce nom au Cartulaire de Quimper, en 1368, et au r�le des d�cimes, en 1574 ; on lui a aussi donn� le nom de Castre, et M. Le Men a pens� que ce nom lui viendrait peut-�tre du camp retranch� dont on voit les traces � Lelzach, sur la montagne Saint-Gildas.

Une grande partie du territoire de Cast est cern� d’un mur dont la construction remonterait au XIII�me si�cle et connu sous le nom de � Mur du Diable � (Parc-au-Duc). La paroisse de Cast d�pendait autrefois de l'ancien �v�ch� de Cornouaille. 

On rencontre l'appellation Cast d�s 1327.

Note 1 : Au XVII�me si�cle, vivait � Cast, un saint homme, Yves Le Goff, dont nous empruntons la notice biographique � l'historien du V�n�rable P�re Julien Maunoir, le P�re Boschet : " Un laboureur, nomm� Yves Le Goff, de la paroisse de Castre (Cast), alla trouver le P. Maunoir au coll�ge de Quimper, en 1655, pour le consulter sur de fr�quentes apparitions que lui faisait la Sainte-Vierge. Le P�re lui ordonna de se rendre le Car�me de l'ann�e suivante � Plon�our, o� il luy promit qu'il examinerait le fait dont il s'agissait ; cependant, il lui enjoignit, la premi�re fois que cette dame qu'il prenait pour la Sainte-Vierge lui appara�trait, de lui donner � adorer la croix qu'il portait sur lui. Yves Le Golf se trouva � Plon�our au temps marqu�, et le P�re, qui y pr�chait le Car�me, l'engagea � lui rendre compte de sa vie et � lui faire le d�tail des apparitions dont il �tait en peine. Ce bon homme lui dit : � J'ai environ 60 ans ; j'eus, d�s l'enfance, de la d�votion � la Sainte-Vierge, et depuis l'�ge de 6 ans je n'ai pas manqu� � r�citer le chapelet au moins une fois par jour. Je suis mari�, j'ai �lev� mes enfants dans la crainte de Dieu et je vis avec ma femme selon ma cr�ance. Jusqu'� l'�ge de 35 ans, j'avais men� une vie commune. Mais en 1640, le jour de l'Assomption, comme je revenais de faire mes d�votions dans une chapelle de la Vierge, je vis devant moi une fille qui avait � la main une croix rouge. Cela m'�tonna si fort que, mangeant alors un morceau de pain, dont je faisais mon disn�, le pain me tomba de la bouche et je ne pus manger de tout le jour. Ayant toujours durant quatre mois ce mesme objet devant les yeux et ne sachant ce que cela voulait dire, je m'adressais aux pr�tres de notre paroisse ; les uns disaient que j'�tais fou, mais je sentais bien que je ne l'�tais pas ; les autres, que j'�tais d��u du malin esprit, moi j'avais peine � le croire parce que le signe de la croix, qui fait fuir les d�mons, faisait approcher la personne qui m'apparaissait. J'avais donc recours � la Sainte-Vierge et j'allais tous les jours dans une de ses chapelles (N.-D. de Quillidoar�) la prier de m'apprendre ce que signifiait cette vision. Enfin, le jour de l'Immacul�e-Conception, 8 D�cembre 1640, comme je r�citais ma pri�re dans la m�me chapelle, la personne qui m'avait apparu jusque l� sans me parler, me demanda : � Voulez-vous bien assister vos fr�res � ? Je lui r�pondis : � Comment, mes fr�res ! Je n'ai qu'un fr�re et qu'une s�ur qui sont � l'aise et qui n'ont pas besoin que je les assiste �. Elle ajouta : � Vous �tes p�cheur, et tous les p�cheurs sont vos fr�res, ne voudriez-vous pas bien les assister � ? En ce moment-l�, comme j'�tais en peine qui �tait la personne qui � me parlait, elle me dit : � Je suis la M�re de Dieu, que vous invoquez plusieurs fois chaque jour ; mon Fils est irrit� contre les p�cheurs, ce sont des ingrats qui ont oubli� sa Passion. Je vous ai choisi pour leur reprocher leur ingratitude et pour les exhorter � la p�nitence ; voudriez-vous bien rendre ce service � vos fr�res � ? Alors je dis : � Mon Dieu, j'abandonne mon �me et mon corps � votre service. Je suis pr�t � faire et � souffrir tout ce qu'il vous plaira � Aussit�t, la Sainte-Vierge me d�clara que je n'aurais plus de joie sur la terre, et elle m'ordonna, pour obtenir la conversion des p�cheurs, de communier les f�tes et les dimanches, les lundis et les vendredis, et de jeuner les vendredis sans prendre d'autre nourriture que l'Eucharistie. Je lui t�moignais que ces communions si fr�quentes et ce jeune des vendredis me feraient de la peine. Elle me commanda de lever les yeux au ciel, et je vis des choses ravissantes que je ne puis exprimer qu'en disant que c'�taient les joies du paradis. Ensuite, elle me commanda de regarder en bas, et je vis un abyme plein de feu et les tourmens de l'enfer. Pour lors, toutes mes r�pugnances cess�rent, et depuis ce moment je n'eus plus de peine � rien. J'accomplissais fid�lement ce que la Sainte-Vierge m'avait prescrit, et je croyais que c'�tait tout ce qu'elle me demanderait. Mais le mercredi apr�s la Sexag�sime de l'ann�e 1641, elle me commanda, pour attirer la mis�ricorde de Dieu sur les p�cheurs, de jeuner quinze car�mes, sans boire ni manger qu'une fois la semaine, le dimanche, apr�s avoir entendu trois messes. Elle m'assura qu'avec la gr�ce de Dieu ce je�ne me deviendrait possible et qu'il serait d'un grand m�rite. Elle m'avertit lorsque la faim ou la soif me presserait le plus, d'implorer le secours de Notre-Seigneur et le sien, et elle me promit non pas de diminuer ma peine, mais d'augmenter mes forces. J'ai d�j� jeun� de la sorte onze caresmes et j'en suis pr�sentement au douzi�me. Vous aurez peut-�tre peine � me croire si je vous dis que je ne m'en porte que mieux. Cela est pourtant vrai. Je n'ai pas perdu pendant tout ce temps-l� une heure de sommeil. Avant que je jeunasse ainsi, j'avais de grands maux de c�t�, � pr�sent je n'en ai plus. Je ne souffre pas m�me beaucoup, except� les vendredis ; ces jours-l�, je participe � la Passion de Notre-Seigneur, j'ai une faim et une soif extr�mes, mais je redouble mes pri�res et, selon la promesse de la Sainte-Vierge, je re�ois de nouvelles forces. Voil�, mon P�re, le compte que vous avez voulu que je vous rendisse de ma vie �. Le P. Maunoir, voulant prendre du temps pour examiner la conduite de cet homme, le remit jusqu'apr�s P�ques et lui ordonna de demeurer avec lui tout le Car�me. Cependant, l'ayant fait observer par des personnes s�res et l'ayant observ� lui-m�me fort exactement, il trouva qu'il ne mangeait ni ne buvait de toute la semaine que le dimanche, apr�s avoir entendu trois messes ; qu'il communiait les jours qu'on lui avait marqu�s, qu'il passait chaque jour au moins quatorze heures en pri�res, et qu'il avait beaucoup de douceur et d'humilit�. Le P. Maunoir, pour �prouver s'il n'y avait pas d'ent�tement dans le je�ne d'Yves Le Goff, le fit venir le Samedi-Saint chez le Recteur de Plon�our o� il d�nait et, sur la fin du repas, il lui pr�senta un pruneau et lui commanda de le manger. Le bonhomme le prit sans faire aucune difficult� et le porta � la bouche. Le P�re, aussit�t, lui d�fendit de l'avaler, et le bonhomme ob�it � ce second commandement avec la m�me soumission qu'au premier. D'o� le P�re jugea qu'un homme si ob�issant n'�tait pas conduit par l'ange rebelle, mais par la Sainte-Vierge, la plus humble et la plus soumise des cr�atures. Ainsi l'ayant pris en particulier, il lui conseilla, lorsque la M�re de Dieu lui appara�trait, de la prier, si c'�tait le bon plaisir de Dieu et le sien, de le laisser dans la voie obscure de la foi, qu'il pr�f�rait � la voie des visions dont il se croyait indigne. Enfin, le P�re Maunoir pr�senta sur papier toute la relation que je viens de rapporter � Yves Le Goff, qui la signa, d�clarant qu'elle ne contenait rien qui ne fut tr�s v�ritable. Et alors le P�re, l'ayant embrass�, le renvoya. Le bonhomme, fort content du P�re, s'en retourna dans sa paroisse. La Sainte-Vierge lui fit toujours la gr�ce de le conduire elle-m�me. Il jeuna les trois derniers caresmes qu'il avait � jeuner, et il mourut quelque temps apr�s (vers 1660) � Castre, en odeur de saintet� " (MM. Peyron et Abgrall, 1905).

Note 2 : liste des Recteurs de Cast avant le Concordat : - 1512 : Geoffroy Le Gentil. - 1532-1538 : Nicolas de Tyvarlen, recteur ; nomm� coadjuteur de Fran�ois Le Vigouroux, chanoine de Quimper, avec future succession au canonicat. Nicolas de Tyvarlen �tait �galement recteur de Plogonnec (D�al). - 1580 : Yan Nyvou, recteur, assiste au synode (C. 95). - 1631 : Alain Glaier, assiste au synode. - 1648-1667 : Guillaume Le Glinec. - 1668 : Jacques Mahieu, recteur et chanoine de Quimper. - 1669-1695 : Pierre Jule, fonda en 1677 une messe chant�e, tous les premiers lundis du mois, dans la chapelle de N.-D. de Quillidoar�. - 1700 : Pierre Landren (B. 176). - 1714-1720 : Yves de Kerjean. - 1729 : Fran�ois Laudren. - 1745-1750 : G. Henry. - 1757-1760 : J. Gobin. - 1764-1773 : J. Rospartz, auteur breton : Instructionou christen pe ar boquet eus ar mission ; une �dition de ce livre a �t� imprim�e � Quimper, chez Derrien, en 1797. - 1774-1790 : G. Le Baut ou Le Bot. Pr�tres de Cast, avant le Concordat : - 1648-1655. Jacques Guillerm. - 1648 : Martin H�rou, parrain. - 1648-1655 : Henry Le Queff�lec. - 1648-1658 : Gr�goire Blais. - 1649-1653 : Louis Gourmelen. devient recteur de Loctudy. - 1648-1660 : Tanguy Le Louarn. - 1648-1662 : J. Le Goff, cur�. - 1656 : Alain Le F�rec, parrain. - 1657-1672 : Ren� Cariou, cur�. - 1658 : Gilles Piriou. - 1658-1669 : Jan Hamon. - 1660 : Jacques Henry. - 1664-1678 : Yves Penanec'h, parrain. - 1660-1676 : Thomas J�z�quel. - 1661 : Fran�ois Cariou. - 1662-1681 : Herv� Peillet. - 1662 : Pierre Bauguion, parrain. - 1662-1693 : Mauguen. - 1662-1672 : J. Hiera�r. - 1669 : C. Gourv�zen. - 1672 : Hascouet, fils. - 1664-1683 : G. Cuzon, pr�tre, d�c�d� le 4 Avril 1683, au village de Kerbola, inhum� en l'�glise de Saint-J�r�me, �g� de 50 ans. - 1676 : A. Scoarnec. - 1676 : Gabriel Scoarnec. - 1681 : Barth�lemy Cosqu�ric. - 1688 : Mathieu Brent. - 1688 : L. Billiard. - 1689 : Guillaume Roy, cur�. - 1726 : Ren� Le Mat. - 1736-1739 : Jean-Baptiste Le Treut. - 1740-1746 : Jacques Riou. - 1749-1755 : L. Bouy. - 1760 : J. Le Doar�. - 1762-1768 : J. Le d'Herv�. - 1774-1776 : Yves Floc'h. Liste non exh

Source: http://www.infobretagne.com/cast.htm


ast توقيتast توقيت

Leave a Replay

Submit Message